Plan d'accès
Contact
Accueil > PATRIMOINE > Les 5 châteaux

Les 5 châteaux

CHÂTEAU DE NOHANT - Maison de Zulma Carraud

Par acte sous seings privés du 12 avril 1841, Silas Tourangin, frère de Zulma Carraud, alors maire de Nohant, avait acheté 5.000 francs à un autre ancien capitaine, Louis Mondin, chevalier de la Légion d'honneur, régisseur de la propriété de la Garenne, une maison à Nohant-en Graçay.

Dans ce bourg minuscule, la commune entière avait alors 753 habitants. Au milieu des maisons basses, à une seule pièce, des paysans, cette petite demeure était appelée la Grande Maison.
Avant d'être à Mondin, elle avait appartenu aux héritiers du curé Silvain Plat, lequel l'avait acquise le 15 novembre 1807 de Madeleine-Charlotte de Senneville, veuve de Joseph Tissart de Rouvre, demeurant à Bourges. Elle comportait cinq pièces, grenier et cave, avec un jardin que Silas agrandit par des acquisitions successives. Ses héritiers ont fait bâtir tout contre un pavillon à étage, mais l'ancien bâtiment paraît être aujourd'hui, à l'extérieur, tel qu'en 1841.
C'est un rez-de-chaussée du XVIIIème siècle, un peu haut sur cave, où l'on accède par un petit perron. Une tour d'escalier carrée fait saillie sur la façade. Le jardin planté de grands arbres est traversé par un ruisseau.

CHÂTEAU DE LONGCHAMPS

C'est un ancien prieuré qui fut une dépendance de la proche abbaye bénédictine de Massay, fondée par les comtes d'Aquitaine en 738.

Quand survient la Révolution, le prieuré de Longchamps est totalement pillé.
Sa physionomie actuelle ne date que du début du XIXème siècle. En effet, le Maréchal Berthier, général en chef des armées napoléoniennes (bras droit de Napoléon 1er) racheta la propriété et en fit ce qu'elle est aujourd'hui. 
En 1912, un industriel parisien (Fernand Bonasseau), racheta le château et permit à ses amis cinéastes de tourner des scènes de films tels que : " Les enfants du Paradis " ou " Les trois Mousquetaires ".
L'actrice Madeline Sologne (L'Eternel Retour avec Jean Marais) fit de nombreux séjours à Longchamp.
Le gendre de Fernand Bonasseau, Louis Delaye, diplomate et ambassadeur de Belgique, reçu à Longchamp le roi Beaudoin et la reine Fabiola.
Depuis 1987 les dépendances abritent un restaurant de groupes renommé tenu par la famille Buret de père en fils.

Château du Chêne

 Le Chêne, un lieu chargé d'Histoire, une tradition d'accueil depuis 1764 ! 
Entre Vatan et Vierzon, reconstruit autour de 1755 sur la base d'une maison forte du XIVème siècle. Il reste aujourd'hui le corps central, l'aile Nord, une partie de l'aile Sud et la boulangerie.
Dans les années 1960, le château est transformé en hôtel et un restaurant s'y ouvre pour profiter du passage sur la RN20.
En 2003, le château est entièrement rénové pour en faire un Hôtel de luxe.
Aujourd’hui, le Chêne vous propose ses chambres d'hôtes dans le goût raffiné de la fin du XVIIIème siècle.

VOIR PLUS :  Le site internet du Château du Chesne ,  onglet «L’esprit des lieux», chapitre «Un peu d’histoire».

CHÂTEAU DE LA GARENNE

Le château de la Garenne, ancien château fort devient en 1584 la propriété des DURBOIS.
Une descendante, Constance de DURBOIS fit legs à la communne de Graçay d'une somme de 300.000 francs or (environ 2 millions d'Euros) pour le rétablissement de l'hospice de Graçay.
La Garenne fut un fief mouvant de la Baronnie de Graçay.
En 1313, elle appartient à Jean Garnier. En 1374, elle appartient a Etienne Estinéol, puis a Guillaume Herpin. En 1440, elle passe dans le fief du Verger appartenant aux Rabotin. En 1584, elle devient la propriété des Durbois et elle restera dans la famille pendant près de trois siècles. En 1884, la famille Normand (filatures à Romorantin) en devient propriétaire.
Au début du 20ème siècle la famille Galand de Longuerue acquiert la Garenne.  A ce jour, cette propriété est partagée en deux fermes et une habitation. 

CHÂTEAU DE LA ROCHE

Le domaine de la Roche, sis aux confins de la commune de Nohant-en-Graçay (Cher) et de celle de Luçay-le-libre (Indre) appartenait très vraisemblablement à la famille "du Puy" établie à Vatan au XIVème siècle, et dont le blason figure toujours sur une cheminée.
Le domaine s'étendait alors dans des limites sensiblement les mêmes que celles existant depuis près de deux siècles autour des bâtiments de ferme. Ce n'est que vers 1847, qu'Auguste de Bar, maire de Nohant de 1850 à 1856 et de 1871 à 1876, fit construire le château en prolongement des bâtiments d'habitation de la ferme. 
C'est aussi Auguste qui vers 1880 planta la vigne, partagée en quatre carrés, entourée d'une haie vive au-dessus des carrières près du chemin de St. Ladre. Ce petit vignoble qui avait été prospère, fût complètement anéanti par le philoxera vers 1885.
Depuis 1798, le domaine est affermé à la même famille, bel exemple de continuité tant chez les propriétaires que chez les exploitants.

Haut de page